Quand l’histoire bégaye

De l’exil des Espagnols en 1939 aux réfugiés de Calais ou d’ailleurs, un même traitement : le double effacement de l’exilé par le mépris et par l’oubli.

Jean-Claude Renard  • 16 avril 2009 abonné·es

Rebondissant sur le soixante-dixième anniversaire de la tragédie espagnole (fin de la guerre et début de la dictature), ce 1er avril dernier, les Archives nationales et la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) ont tenu un séminaire sur le thème des « traces de l’exil : archives et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 2 minutes