Qui veut la peau de l’université publique ?

La loi d’autonomie des universités relève d’une architecture néolibérale classique. Il s’agit ni plus ni moins d’imposer à l’enseignement supérieur les critères de l’entreprise.

Ariane  • 30 avril 2009 abonné·es

Voilà plus de trois mois que les universités sont en mouvement. Les universités : c’est-à-dire l’ensemble de ceux qui les composent, étudiants, enseignants et personnels. Parti de la lutte contre cinq décrets, le mouvement a connu un spectaculaire changement d’échelle. Il a élargi ses revendications à l’abrogation de la loi Liberté et responsabilités des entreprises (LRU) puis à la contestation de son cadre supranational, le processus de Bologne, qui aura dix ans cette année. La

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
"Nous ne sommes pas à vendre !"
Temps de lecture : 5 minutes