Cannes 2009 : Les erreurs d’un palmarès

La décevante Palme d’or au « Ruban blanc » de Michael Haneke, remise par une Isabelle Huppert reconnaissante, ne doit pas cacher la bonne tenue de la compétition.

Quand on est de mauvaise humeur, il faut tenter de prendre un peu de distance avec ce qui suscite le courroux. Cette sentence n’est pas signée Éric Cantona, qui, dans Looking for Eric de Ken Loach, multiplie les dictons baroques de ce genre, mais voilà tout de même un bon conseil. Autrement dit, si le palmarès du 62e Festival de Cannes reste en travers de la gorge, il ne s’agit après tout que d’une affaire de médailles, qui ne vaut sans doute pas le coup de se mettre dans tous ses états. On oubliera assez…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents