Des pages d’Histoire

Le feuilleton « Un village français » dessine le quotidien sous l’Occupation. Un sujet dont s’est emparé Alain Ade pour en écrire le roman.

C’est d’abord une affaire de débâcle. Débâcle plurielle. Militaire, bien sûr. Morale, physique, sociale. Humaine. Un village français s’ouvre sur l’invasion allemande dans le Jura, à Villeneuve, bourgade imaginaire, en 1940, dans son décor classique. La vie des uns et des autres, notables, ouvriers, paysans, des individus ordinaires. L’Occupation, vécue de façon presque inattendue, va secouer le village, le plonger dans le sauve-qui-peut. Dès les premières heures, se dessinent les figures de justes et de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents