Homme à femmes et femme à barbe

La magie de « Liliom », de Ferenc Molnar,
et un étrange
« Éloge du poil »,
de Jeanne Mordoj.

Sans doute parce qu’il est issu des grandes fêtes populaires, le théâtre se souvient beaucoup, ces temps-ci, des fêtes foraines. Après la tourbillonnante mise en scène de Casimir et Caroline, d’Horvath, montée par Emmanuel Demarcy-Mota au Théâtre de la Ville (actuellement en tournée), voici Liliom , de Ferenc Molnar, qui, créé au Nouveau ­Théâtre d’Angers, s’installe à Montreuil, et le spectacle d’une étrange contorsionniste, Éloge du poil, au théâtre de la Bastille. Liliom est une sorte de classique qu’on…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.