« Le NPA doit beaucoup inventer pour réussir »

Le livre de Philippe Pignarre est le premier consacré au NPA qui ne soit pas l’œuvre d’un militant. L’auteur pose de bonnes questions sur les moyens et les objectifs de l’organisation. Mais beaucoup de réponses relèvent encore d’une logique incantatoire.

Olivier Doubre  • 21 mai 2009 abonné·es
« Le NPA doit beaucoup inventer pour réussir »
© Être anticapitaliste aujourd’hui. Les défis du NPA, Philippe Pignarre, La Découverte, 182 p., 13 euros.

Politis : Vous rappelez au début de votre livre votre passé de permanent à la LCR durant les années 1970 et la lourdeur des tâches de militant. Le NPA ne présage-t-il pas un militantisme plus léger, induit par la fin du parti d’avant-garde ?

Philippe Pignarre : Je crois en effet que le NPA ne peut plus se définir comme un parti d’avant-garde. Essentiellement parce que la théorie qui le définissait ne fonctionne plus, ne semble plus efficace, pour une bonne part, dans la société actuelle. On avait

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Démocratie européenne
Temps de lecture : 6 minutes