Planchon, un aristo du peuple

Il changea le regard
du théâtre sur l’histoire
et les classiques.

Ils étaient nombreux, ceux qui, lundi, ont salué Roger Planchon, mort le 12 mai, âgé de 77 ans, lors d’une cérémonie au Père-Lachaise. L’homme de théâtre, l’acteur, l’auteur, le cinéaste avait eu tant d’activités et de périodes, à la manière d’un peintre, qu’il avait collaboré avec des foules d’artistes et de responsables pour tracer une trajectoire fort ­lisible dans l’histoire de notre temps. Provincial de la Haute-Loire et de l’Ardèche, il puisait dans ses origines une fierté aristocrate. Les articles…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.