Que faut-il développer ?

Tant que la nature profonde de la crise ne sera pas reconnue, toutes les mesures annoncées à grand fracas auront l’effet d’un cautère sur une jambe de bois. Cette crise globale est celle du capitalisme qui a cru pouvoir indéfiniment garantir une accumulation par la seule activité financière, improductive par définition. Elle est aussi celle d’un mode de développement fondé sur l’illusion que les limites écologiques pouvaient être toujours reculées. Enfin, elle est idéologique et politique, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.