« 100 Sexes d’artistes » censurée à Venise

La Biennale d’art contemporain et la Ville de Venise ont censuré un projet de Jacques Charlier, « 100 Sexes d’artistes ». Retour sur cette affaire avec le commissaire de l’exposition, Enrico Lunghi*.

Politis : Comment présenteriez-vous les « 100 Sexes d’artistes » de Jacques Charlier ? Enrico Lunghi : Jacques a commencé en 1973 à représenter les plus illustres artistes du XXe siècle par leur « organe procréateur », c’est-à-dire en dressant un « portrait » imaginaire de la libido qui se manifestait à travers le style caractéristique, une œuvre majeure, voire l’outil de prédilection de ses sujets. Sur le mode de la caricature, c’était une « analyse » (au sens freudien) pleine d’humour du monde de l’art…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.