Act Up : Vingt ans de colère et d’invention politique

Née il y a vingt ans, Act Up-Paris a inauguré des méthodes de lutte souvent reprises par d’autres mouvements.
En s’appuyant habilement sur les médias, elle a réussi à faire entendre la voix des malades du sida.
Si l’association a obtenu des résultats importants,ses revendications restent nombreuses aujourd’hui.

Olivier Doubre  • 4 juin 2009 abonné·es
Act Up : Vingt ans de colère et d’invention politique

En 1994, cinq ans après sa création, Act Up-Paris publiait un ouvrage collectif [[Le Sida, combien de divisions ?, Act Up-Paris, Dagorno, 1994. À lire : Act Up. Une histoire, Didier Lestrade, Denoël, 2000. <www.actupparis.org>.]] qui allait devenir une sorte de manifeste de l’association. Il débutait par cette phrase : « A u commencement d’Act Up, il y a la colère. » On ne saurait mieux résumer la motivation première des différentes vagues de militants de la plus radicale et la plus inventive des associations françaises de malades du sida qui se sont succédé depuis 1989. Cette année-là, fin juin, à une époque où la plupart des associations homosexuelles et de lutte contre le sida, en premier lieu la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Votez !
Temps de lecture : 7 minutes