La décroissance veut se faire connaître

Le Parti pour la décroissance et le Mouvement des objecteurs de croissance veulent profiter de la campagne électorale pour être visibles à la télévision et communiquer sur leurs idées.

Patrick Piro  • 4 juin 2009 abonné·es

Le Parti pour la décroissance (PPLD) et le Mouvement des objecteurs de croissance (MOC) voulaient s’ouvrir la porte de la campagne officielle audiovisuelle : objectif minimaliste, mais pari gagné. Pour cela, il leur fallait des candidats dans cinq des huit « euro-régions ». Leurs listes Europe-­décroissance sont finalement présentes dans le Nord-Ouest, l’Ouest, l’Est, le Sud-Ouest, le Sud-Est et l’Île-de-France. Elles se partageront, avec les 16 autres « petits partis », une heure de diffusion pour leurs spots.
« Une injustice de plus dans un scrutin non démocratique, dans une Union délégitimée par le “non” au TCE, où le seul matériel électoral exige des millions d’euros… » , commente Vincent Liegey, l’un des animateurs de la campagne en Île-de-France.

Opportunistes, le PPLD et le MOC ne rêvent bien sûr pas d’élire un député, mais tiennent à mener une campagne… de communication. De nombreuses réunions publiques ont été organisées. Mais avant même le 7 juin, les deux partis ont pu mesurer la portée de leur démarche à l’intérêt qu’ils suscitent dans la classe politique, contactés par la concurrence. « Pas de ralliement pour les européennes, mais du travail en commun en perspective » , résume Vincent Liegey.
C’est avec le NPA que le courant est le mieux passé. Bon accueil du Parti de gauche également. Les Verts étaient plutôt sur la ­défensive, calculant que les quelques voix grappillées par Europe-décroissance leur coûteraient peut-être un élu. L’Alliance écologiste indépendante [^2], « dont les solutions sont très différentes des nôtres » , a été éconduite.
Faute de moyens, pas de bulletins Europe-décroissance dans les bureaux de vote : les sympathisants sont invités à en imprimer via le site de la campagne.

 
 

[^2]: Front classé à droite réunissant le Mouvement écologiste indépendant, Génération écologie et France en action.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »
Entretien 17 avril 2024 abonné·es

« Développer toutes les mutineries contre la classe dominante »

Peter Mertens, député et secrétaire général du Parti du travail de Belgique, publie Mutinerie. Il appelle à multiplier les mobilisations contre l’Europe néolibérale et austéritaire sur tout le Vieux Continent.
Par Olivier Doubre
« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 
Politique 12 avril 2024 abonné·es

« Les Écolos, c’est comme les pirates dans Astérix qui se sabordent eux-mêmes » 

À la peine dans les sondages pour les élections européennes, avec une campagne qui patine, le parti écologiste se déchire sur fond d’affaire Julien Bayou. La secrétaire nationale, Marine Tondelier, tente d’éteindre le démon de la division.
Par Nils Wilcke
« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »
Entretien 11 avril 2024 abonné·es

« Il est presque sûr que des eurodéputés RN ont reçu de grosses sommes de la Russie »

À deux mois des élections européennes, l’ONG internationale Avaaz part en campagne contre le parti de Jordan Bardella et Marine Le Pen dont les sulfureux liens internationaux sont inquiétants.
Par Michel Soudais
« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »
Entretien 10 avril 2024 libéré

« La gauche de demain doit être soucieuse d’un rassemblement démocratique »

Le professeur de science politique Philippe Marlière est coauteur d’un court ouvrage étrillant la classe politique française et interpellant six personnalités (dont Hollande, Macron, Mélenchon). Pour lui, la gauche doit se repenser si elle souhaite devenir majoritaire.
Par Lucas Sarafian