L’extravagante affaire Geisser

Où l’on découvre, avec stupéfaction, que les chercheurs du CNRS sont sous la surveillance étroite d’un général qui s’arroge le droit de juger leurs travaux.

Dans quel pays vivons-nous ? On peut se le demander quand on prend connaissance de l’étrange histoire qui accable actuellement un chercheur du CNRS. Ce chercheur, Vincent Geisser, spécialiste de l’islam et du monde arabe, est convoqué le 29 juin devant une commission administrative paritaire du CNRS à titre disciplinaire, pour avoir « utilisé des termes diffamatoires d’une grande violence » à l’encontre d’un personnage dont la fonction même devrait poser problème : le fonctionnaire « Sécurité-Défense »…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents