Avignon, première !

Coup d’envoi mardi
d’un festival qui parie sur des cinéastes abordant
le théâtre (Gitaï, Honoré)
et sur un poète
libano-québécois, Wajdi Mouawad.

Au cœur du nouveau festival, un auteur archi-salué par le système public et connu des aficionados : Wajdi Mouawad, Libano-Québécois qui est, à 41 ans, la nouvelle gloire du théâtre francophone. Il est l’artiste invité par les directeurs, Hortense Archambault et Vincent Baudriller, à prendre la place qu’il veut et à faire venir les artistes de son choix. La place, il la prend bien, avec une tétralogie, le Sang des promesses, dont les trois premiers volets composent un spectacle de onze heures, du crépuscule…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.