Ciné-rencontres de Prades

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est le festival de cinéma le plus ancien en France après celui de Cannes : les Ciné-rencontres de Prades (Pyrénées-Orientales) fêtent leur cinquantième édition, du 16 au 25 juillet. Fondées en 1959, en grande partie sur le principe de la parole échangée sur et avec le cinéma, les Ciné-rencontres de Prades ont une histoire impressionnante. S’y sont rendus François Truffaut, Jacques Rozier, Louis Malle, Roman Polanski, Joseph Losey, René Allio, Jean-Claude Guiguet, Jean Rouch, Chantal Ackerman, Michel Piccoli, Claire Denis… Mais, lors de ce cinquantième anniversaire, il sera davantage question de transmission que de commémoration. Ainsi, pour jeter un œil sur quelques films du passé, c’est le critique Jean Douchet, dont on connaît le talent de passeur, qui aura carte blanche. Des cinéastes apparus il y a dix ou quinze ans viendront parler de leur parcours. Parmi eux : Pascale Ferran, Noémie Lvovsky, Jean-Marc Moutout… Pour ne pas rester dans les limites hexagonales, le journaliste José Maria Riba viendra présenter quatre films argentins contemporains, dont le beau Liverpool de Lisandro Alonso. Enfin, Robert Guédiguian, qui préside le comité de parrainage du festival, présentera en avant-première l’Armée du crime. Seront également présents Solveig Anspach (pour Louise Michel), Lucas Belvaux (pour la Raison du plus faible ), et Henri Alleg et Christophe Kantcheff (pour Henri Alleg, l’homme de « la Question » )…


Les Ciné-Rencontres, 56, rue du Palais-de-Justice, 66500 Prades, 04 68 05 20 47,

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.