Joyeux désordre

Avec « le Roi de l’évasion », Alain Guiraudie signe une comédie drôle et charnelle.

Par sa liberté et son inventivité, Alain Guiraudie a apporté, au début des années 2000, un bol d’air frais au cinéma français avec son premier moyen métrage Du soleil pour les gueux, et son premier long, Pas de repos pour les braves. On a ensuite pu craindre que le cinéaste ne s’installe un peu trop confortablement dans son univers, qui risquait de devenir pittoresque et sans surprise. Bonne nouvelle : ce n’est en rien le cas avec ce troisième long, le Roi de l’évasion, présenté il y a deux mois à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.