« On pique à la chaîne »

En Seine-Saint-Denis, l’hôpital Avicenne applique la politique de non-remplacement des départs depuis deux ans. Au détriment des patients.

Erwan Manac'h  • 2 juillet 2009 abonné·es

«C’est de l’abattage ! On pique, on pique. À la chaîne… Des fois, même, sans savoir pourquoi le patient a besoin d’être piqué. » Johany  ne sait plus comment dire son ras-le-bol. Avec tout le personnel soignant des urgences de l’hôpital Avicenne, elle a fait grève deux mois au printemps pour que soient recrutés des infirmiers. L’hôpital universitaire Avicenne en Seine-Saint-Denis couvre une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 4 minutes