Un front chasse l’autre

Politis  • 2 juillet 2009
Partager :

Contre le Front national, le jeune socialiste Pierre Ferrari conduisait dimanche une liste de « Front républicain » (PS, MoDem, PCF, MRC). Ce front ayant échoué à la troisième place (17,01 %), c’est désormais la liste « Alliance républicaine » du divers gauche Daniel Duquenne (20,19 %) qui tentera d’empêcher une extrême droite conquérante conduite par Steeve Briois et Marine Le Pen (39,34 %) de conquérir la mairie. Lundi, cette liste a reçu le soutien des cinq autres listes de gauche présentes au premier tour, et de tous les appareils politiques, UMP compris. Reste à voir dimanche si ce front républicain XXL aura plus de succès que celui qui a manqué la marche du premier tour.

À la source du succès du FN

Le succès du Front national à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) doit beaucoup au comportement corrompu de l’ancien maire (PS) Gérard Dalongeville, mis en examen et placé en détention. Les administrés de cette commune qui compte 20 % de chômage ont ainsi appris récemment que la ville, surendettée, louait « quatre appartements où se seraient tenues des soirées avec champagne et prostituées en l’honneur de chefs d’entreprise » ( l’Humanité dimanche, 25 juin). Auparavant, ils avaient découvert qu’un homme d’affaires dénommé Guy Mollet (ça ne s’invente pas !), aujourd’hui écroué, s’était autorisé de luxueux voyages d’affaires au Luxembourg aux frais des habitants.

Politique
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don