Au paradis sarkozique

Il y a ces cases légendaires, dans Tintin au pays des Soviets, où notre sympathique reporter s’aperçoit que les rutilantes fabriques de la Russie bolchevique sont en réalité « de simples décors de théâtre… Derrière lesquels on brûle de la paille pour faire fumer les simili-cheminées ». Tintin prend alors son fidèle Milou à témoin de l’insigne fourberie des communistes : « Et voilà comment les Soviets roulent ces malheureux qui croient encore au “paradis rouge”. » Prenons maintenant ce qui se passe, ici et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.