Révolution japonaise

Le triomphe du Parti démocrate marque une rupture avec le credo libéral ancré dans la culture du pays.

On a les révolutions qu’on peut. En dépit d’une transformation radicale de son paysage politique, le Japon n’a pas sombré dimanche dans le communisme. Aucun Besancenot nippon n’est arrivé au pouvoir. Le grand vainqueur du scrutin, Yukio Hatoyama, serait plutôt une sorte de Strauss-Kahn ou de Bayrou local qui s’est empressé de rejeter « le fondamentalisme du marché ». Mais, tout étant relatif, le triomphe électoral du Parti démocrate du Japon (il a remporté 308 sièges sur 480 à la Chambre des députés),…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.