Et si la paix n’avait pas de prix ?

Alors, ce prix Nobel de la Paix à Barack Obama, vous êtes d’accord ou pas d’accord ? Voilà bien un sujet de discussion sans fin et, au demeurant, d’intérêt limité. Tout le monde en convient : le Président américain est à présent lesté d’un fardeau supplémentaire. Un peu comme un gamin doué auquel une diseuse de bonne aventure aurait prédit un destin merveilleux. Le premier réflexe est évidemment de juger prématurée cette « récompense » décernée à peine à l’aube d’un mandat qui s’annonce périlleux. Mais, au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents