Le PS repasse devant les Verts

Politis  • 15 octobre 2009
Partager :

La 12e circonscription des Yvelines n’est pas la 10e circonscription. Contrairement à ce qui s’était passé il y a trois semaines du côté de Rambouillet, l’écologiste Alain Lipietz n’est pas parvenu à doubler le PS. Alors qu’il se voyait « en position de prétendre représenter la gauche et le centre (sic) au second tour, et même de battre la droite » , l’ancien député européen obtient 14,8 %, nettement derrière le maire socialiste de Poissy, Frédérik Bernard (photo) (21,9 %), qui affrontera donc au second tour le candidat de l’UMP, David Douillet (44,2 %). Si les Verts sont satisfaits d’un score en progression notable sur celui obtenu par leur candidat en 2007 (3,45 %), le PS est rassuré : en pourcentage il se maintient et fait oublier son recul des européennes.

Quel contour pour la gauche ?

Lundi, le délégué général du Parti de gauche, François Delapierre, candidat dans cette même élection partielle sous l’étiquette Front de gauche (4,9 %), attendait de « connaître les intentions » du candidat socialiste avant d’exprimer sa position pour le second tour. Estimant qu’il faut « rassembler la gauche sans exclusive, rassembler la gauche exclusivement » , il refusait par avance d’apporter la moindre caution à une alliance du PS avec le MoDem. À Poissy, Richard Bertrand, le candidat du parti de François Bayrou, qui avec 7,7 % a perdu près de 5 points depuis 2007, est le deuxième adjoint de Frédérik Bernard, le candidat socialiste qui affronte Douillet au second tour. Dans cette élection, le MoDem s’est toutefois clairement situé à droite en étant soutenu par le Nouveau Centre, une formation de la majorité de Nicolas Sarkozy.

Politique
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas