Livres blancs ou lettres mortes ?

Nombre de manifestes et de rapports ont déjà tenté d’amplifier la voix du secteur alternatif, sans grand succès. Les initiateurs des « Cinquante propositions » espèrent avoir une meilleure audience.

Rendues publiques le 1er novembre par des personnalités se situant dans l’économie sociale et solidaire (ESS), les Cinquante propositions pour changer de cap ne sont pas la première tentative d’un secteur en quête de reconnaissance pour donner de la voix. Lors de la campagne présidentielle de 2007, quelques pontes de l’économie sociale (Edmond Maire, Hugues Sibille, Claude Alphandéry, etc.) avaient publié un Manifeste de l’économie solidaire. Appel à signature, tribunes dans la presse, interpellation des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.