Absurde malgré lui

L’exposition sur Ionesco de la Bibliothèque nationale éclaire le cheminement de cet athée hanté par Dieu.

Gilles Costaz  • 19 novembre 2009 abonné·es
Absurde malgré lui
© Ionesco, Bibliothèque nationale François-Mitterrand, Pari XIIIe, jusqu’au 3 janvier. Ionesco, sous la direction de Noëlle Giret, coédition BNF-Gallimard, 192 p., 45 euros.

Absurde. Fallait-il dire « absurde » pour caractériser Eugène Ionesco ? Sur le terme, comme sur bien d’autres sujets, l’écrivain a été contradictoire. À ses débuts, il n’était pas hostile à cette façon d’être catalogué en même temps que Beckett, un ami discret mais un ami, et Adamov, un ami plus voyant qui devait virer à l’ennemi. Mais, par la suite, il récusa le terme. Dans

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 4 minutes