Le dernier combat collectif

Pour l’historien François Cusset, le supportérisme s’est substitué aux appartenances religieuses et politiques. Le sport apparaissant comme la grande cause rassembleuse de notre époque.

Jean-Claude Renard  • 12 novembre 2009 abonné·es

Les spontanés, les érudits, les organisés, les calmes, les violents. Tous supporters. Les uns, glacière ouverte sur le bord des routes. Les autres, en rangs serrés, dressés comme un seul homme, d’autres encore alignés en bataille. C’est surtout à ceux-là qu’on songe dès que l’on parle de supporters dans les médias, défrayant ponctuellement la chronique. Des minoritaires excessifs au creux d’une vague humaine. Mais agressifs ou simplement

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
La tribu des supporters
Temps de lecture : 5 minutes