Fillon très diplomate

Le Premier ministre a accepté toutes les reculades et tous les sacrifices pour rabibocher Paris et Pékin. Les principes démocratiques n’en sortent pas intacts.

Alain Lormon  • 24 décembre 2009 abonné·es

Quand il fait de la diplomatie, François Fillon est un diplomate à l’ancienne. Chacun chez soi, et les moutons seront bien gardés. On est loin du « droit d’ingérence » cher à son ministre Bernard Kouchner. Si celui-ci instrumentalise son concept surtout pour

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 1 minute