Les mauvaises recettes

Avec Nicolas Sarkozy, la démocratie est réduite à sa plus simple expression. Il ne connaît qu’une seule élection, et une seule campagne. Peu importe qu’il s’agisse des européennes ou des régionales, c’est toujours peu ou prou la présidentielle. Peu importent les têtes de liste, c’est toujours Nicolas Sarkozy. Quant aux thématiques, elles sont immuables : un scabreux amalgame de « sécuritaire » et de « nationalisme identitaire ». L’ennui, c’est que la répétition du procédé conduit naturellement à la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents