La tentation de l’autogestion

Alors que l’usine Philips de Dreux est menacée de fermeture, les salariés ont pris le contrôle de la production de téléviseurs LCD, et démontré que le dernier site industriel de la ville était viable. Reportage.

Thierry Brun  • 21 janvier 2010 abonné·es
La tentation de l’autogestion

La zone industrielle des Châtelets, aux abords de Dreux (Eure-et-Loir), est encore sous une couche de neige fondante. Ce 14 janvier, une poignée de salariés et de syndicalistes de Philips EGP, arborant badges et drapeaux, montent dans un car à destination de Chartres pour rencontrer le préfet et défendre ce qui reste de l’imposant site de production de téléviseurs à écran plat. « N’ayez pas peur, ils nous ont fait du mal, mais on va se battre pour survivre » , lance « Manu » Georget à ses camarades. Le délégué syndical d’une CGT

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 5 minutes