Insécurité

Politis  • 25 février 2010
Partager :

Sauvagement agressé le 25 janvier au centre de détention de Montmédy, Michel Serceau-Filippidu s’en est sorti
in extremis , avant d’être transféré et… placé à l’isolement. «  Personne n’a rien vu, rien entendu » , relate l’association Ban public, qui s’interroge sur le contexte d’une telle agression. « Pourquoi l’administration pénitentiaire ne parvient-elle pas à maintenir la sécurité des personnes qu’elle a sous sa garde ? » Comment expliquer, par ailleurs, que la seule réponse apportée par l’administration aux violences subies par ce détenu soit un placement à l’isolement ? Ban public exige que toute personne incarcérée puisse revendiquer sans censure le droit à la sûreté.

Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don