Procès du centre de rétention de Vincennes : les réquisitions tombent, les avocats contre-attaquent

Réunis à l’Hôtel de ville de Paris, les avocats des présumés incendiaires du centre de rétention de Vincennes protestent contre les réquisitions du procureur et les conditions dans lesquelles se sont tenus les débats.

Léa Barbat  • 11 février 2010 abonné·es
Procès du centre de rétention de Vincennes : les réquisitions tombent, les avocats contre-attaquent
© Photo : Caméras de surveillance du centre de rétention de Vincennes, en 2005. David Delaporte/Cimade

Les réquisitions sont tombées : de six mois à trois ans ferme pour les retenus du Centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, soupçonnés d'y avoir provoqué un incendie en juin 2008 après le décès d'un Tunisien de 41 ans.  Leurs avocats, volontairement absents du tribunal, ont donné une conférence de presse le mercredi 10 février à l'Hôtel de ville de Paris pour contester les requêtes du procureur et dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles le procès s'est déroulé. Sans attendre les verdicts, le 17 mars, l'un deux, Maître Braun, a annoncé qu'il comptait lancer « une contre-attaque judiciaire qui engagera la responsabilité de l'État, et celle des différents fonctionnaires en cause, depuis

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 3 minutes