Une journée ordinaire au « 35 bis »

Au cœur de Paris, le juge des libertés et de la détention arbitre les cas des sans-papiers en rétention. En dépit de la mobilisation d’associations, ce sont des procédures expéditives. Reportage.

Ne cherchez pas le 35 bis, quai des Orfèvres, l’adresse n’existe pas. C’est pourtant bien au « 35 bis », du nom de la procédure d’urgence applicable aux étrangers en rétention, qu’officie le juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de grande instance de Paris. C’est là que les sans-papiers interpellés dé­filent, dans les 48 heures suivant leur placement en centre de rétention. Là que le juge leur signifie leur remise en liberté ou, comme c’est le cas la plupart du temps, le prolongement de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.