Élection à risque

Alors que se tient la présidentielle, l’inquiétude est grande sur les conséquences d’une fraude massive.

Àprès un premier report dans un contexte politique tendu, les Togolais sont appelés aux urnes jeudi. Le dispositif même de ce scrutin pluraliste, avec sept candidats en lice, fait l’objet de critiques. « Les risques sont majeurs, une élection fraudée sera contestée et réprimée avec violence », affirme Amina Kirsch, représentante du Front républicain pour l’alternance et la démocratie, fille et coordinatrice de campagne de Kofi Yamgnane, dont la Cour constitutionnelle togolaise a rejeté la candidature pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents