Filmer les camps

Avec « Filmer les camps », le Mémorial de la Shoah restitue la lisibilité des images prises par de grands cinéastes américains à Dachau et à Falkenau pour témoigner des crimes de guerre.

Christophe Kantcheff  • 18 mars 2010 abonné·es
Filmer les camps
© PHOTO : Margaret Herrick Library, Academy of Motion Pictures Arts and Sciences, Beverly Hills, Californie.

Des images montrées dans l’exposition « Filmer les camps », certaines sont peu connues, d’autres inédites. Mais pas question pour le commissaire de l’exposition, l’historien Christian Delage, de mettre en avant cet aspect que d’autres auraient exploité comme argument promotionnel. Nombre des documents filmés exposés au Mémorial de la Shoah ont été, au contraire, beaucoup vus. Mais insérés dans des contextes filmiques très divers, utilisés sous formes d’extraits dénués de leur signification initiale, parfois instrumentalisés. Pour paraphraser l’expression de l’historienne Annette Wieviorka, qui parle de « mémoire saturée » à propos des camps, les regards eux aussi sont saturés d’images, d’où surnagent quelques flashs qui fonctionnent comme des chocs visuels (la série « Apocalypse »,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 8 minutes