Là-bas

Politis  • 4 mars 2010
Partager :

La provocation de Netanyahou

Le gouvernement de l’Autorité palestinienne a tenu sa réunion hebdomadaire lundi à Hébron. Lieu inhabituel pour marquer la réprobation des Palestiniens après la décision d’Israël d’inscrire à son patrimoine le Caveau des patriarches, à Hébron, et le Tombeau de Rachel, à Bethléem. Une annexion pure et simple en territoires palestiniens occupés. Benyamin Netanyahou est coutumier de ce type de provocations. En septembre 1996, sa décision de rouvrir un tunnel sous l’Esplanade des mosquées avait provoqué des manifestations réprimées dans un bain de sang.

Et Salah Hamouri ?

Otage au Mali d’un groupe lié à Al-Qaïda, le Français Pierre Camatte a eu droit à un fort engagement de la France. Nicolas Sarkozy a fait pression sur le gouvernement malien pour que celui-ci libère quatre islamistes. Puis il a lui-même fait le voyage à Bamako pour remercier le Président malien. « Le rôle du président de la République, c’est de ramener vivant à la maison les ressortissants français », a-t-il affirmé. On ne peut que s’en féliciter, même si le déplacement personnel du chef de l’État est un peu excessif. Mais qu’en est-il de Salah Hamouri, jeune Franco-Palestinien retenu sans raison dans une prison israélienne depuis cinq ans ? Pour l’instant, Nicolas Sarkozy n’a même pas daigné recevoir la mère du jeune homme. Vous avez dit « deux poids, deux mesures » ?

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don