Santé mentale : «Le nombre d’enfants atteints augmente»

Jean-René Buisson*, du Conseil économique, social et environnemental, alerte sur le retard de la France en matière de pédopsychiatrie et insiste sur le rôle essentiel de l’école en termes de dépistage.

Ingrid Merckx  • 18 mars 2010 abonné·es
Santé mentale : «Le nombre d’enfants atteints augmente»
© PHOTO: AFP/HUGUEN * Président de l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania), Jean-René Buisson est membre du groupe des entreprises privées et membre du groupe des affaires sociales au CES.

Politis : Alors que la question de la santé mentale n’est abordée que dans les textes pénaux, le Conseil économique, social et environnemental (CES) a publié le 24 février un avis sur la pédopsychiatrie, question pour laquelle il s’est autosaisi. Pourquoi ce texte ?

Jean-René Buisson : Pour tirer un signal d’alarme. Nous sommes quelques-uns au sein du CES à être directement concernés – je suis moi-même père de trois enfants autistes, un garçon et des jumelles. La loi de février 2005, qui reconnaît les troubles cognitifs et psychiques comme un handicap, a cassé des tabous, simplifié des procédures, permis la création des maisons départementales du

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 6 minutes