Une fable au goût plutôt acide

Avec « Jaffa, la mécanique de l’orange »,
Eyal Sivan dévoile
par une métaphore
un siècle d’histoire israélo-palestinienne.

Jaffa, la mécanique de l’orange : ou comment la petite orange Jaffa raconte l’histoire troublée de sa terre, la Palestine. Vecteur de mémoire sensorielle puis de la mémoire du lieu, ce fruit, devenu symbole du sionisme, possède une histoire séculaire. Après Route 181, fragments d’un voyage en Palestine-Israël, réalisé en 2004 avec le Palestinien Michel Khleifi, le producteur et scénariste israélien Eyal Sivan trace un nouvel itinéraire pour comprendre les enjeux et les dénis de l’histoire nationale…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents