Chili : les premières bourdes de Piñera

Un mois et demi après le séisme qui a fait 432 morts et 98 disparus, le nouveau président de la République lance la reconstruction. Mais plusieurs scandales ralentissent les opérations. Correspondance, Claire Martin.

Claire Martin  • 8 avril 2010 abonné·es
Chili : les premières bourdes de Piñera
© PHOTO : IRIBAREN/AFP

Le nouveau Président chilien, Sebastian Piñera, ne dort pas. Il jongle. Il a dû mettre son programme de gouvernement et ses espoirs de diriger le pays le plus riche d’Amérique latine dans un tiroir. Depuis son arrivée au pouvoir, le 11 mars, l’homme d’affaires milliardaire s’attelle à deux priorités : la reconstruction après le séisme du 27 février, qui l’occupera tout au long de ses quatre ans de mandat, et la mise en place d’un gouvernement de droite après vingt ans passés dans l’opposition. Sebastian Piñera est en effet le premier président de droite élu depuis la fin de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990). Jusqu’ici, c’était une coalition de centre-gauche, la Concertación, qui tenait les rênes du pays. Or, le régime chilien est très présidentiel. Le chef de l’État, qui est aussi chef de gouvernement, doit nommer plus de 1 600 personnes. Et si Sebastian Piñera avait assuré durant la campagne avoir sous la main 3 000 cadres qualifiés prêts à prendre d’assaut les couloirs du palais présidentiel et la direction des institutions chiliennes, il lui reste environ

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro