Chili : les premières bourdes de Piñera

Un mois et demi après le séisme qui a fait 432 morts et 98 disparus, le nouveau président de la République lance la reconstruction. Mais plusieurs scandales ralentissent les opérations. Correspondance, Claire Martin.

Le nouveau Président chilien, Sebastian Piñera, ne dort pas. Il jongle. Il a dû mettre son programme de gouvernement et ses espoirs de diriger le pays le plus riche d’Amérique latine dans un tiroir. Depuis son arrivée au pouvoir, le 11 mars, l’homme d’affaires milliardaire s’attelle à deux priorités : la reconstruction après le séisme du 27 février, qui l’occupera tout au long de ses quatre ans de mandat, et la mise en place d’un gouvernement de droite après vingt ans passés dans l’opposition. Sebastian…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents