L’assassinat de François Duprat et la liberté de l’histoire

La rédaction de la biographie du politicien d’extrême droite se heurte à une législation qui entrave la recherche historique.

Comme de coutume, l’ensemble des extrêmes droites vient de rendre hommage à François Duprat, mystérieusement tué par une bombe le 18 mars 1978. Intellectuel et négationniste, néofasciste et collaborateur de services étatiques, nationaliste entretenant des liens dans tous les espaces politiques et dans de très nombreux pays, figure des mouvements Occident et Ordre nouveau, Duprat était alors le numéro deux du Front national, à la création duquel il avait participé. François Duprat serait-il condamné à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents