Les peuples au secours de la Terre

Après l’échec de Copenhague, plus de 18 000 personnes se sont réunies en Bolivie pour analyser
les causes du réchauffement planétaire et les moyens de lutter contre l’inertie des pays développés.

C’est dans la petite ville de Tiquipaya, la ville des fleurs située à 10 km de Cochabamba, sur les plateaux du centre bolivien, que plus de 18 000 participants, venus de 129 pays, ont débattu du 19 au 22 avril, à l’occasion de la « Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre mère », convoquée par le Président Evo Morales. La ville aux chemins de terre fraîchement bitumés et débarrassés de leurs poubelles pour l’occasion a presque doublé de population pour…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents