Pietro Germi

Politis  • 8 avril 2010
Partager :

Palme d’or en 1966 pour Ces messieurs dames (Signore & signori) , ex-eaquo avec Un homme et une femme de Claude Lelouch, Pietro Germi n’est sans doute pas un cinéaste de l’envergure de Rossellini
ou d’Antonioni. Les trois films qui paraissent aujourd’hui en DVD montrent pourtant qu’on aurait tort de tenir son œuvre pour négligeable. Pietro Germi, d’une personnalité affirmée et dont l’obsession était de ne pas se laisser étiqueter, s’est essayé à plusieurs genres avec bonheur. Ces messieurs dames est une comédie pur jus, souvent très drôle, qui ne respecte rien, en tout cas pas les conventions et les apparences bien mises de la société italo-catholique. On retrouve cette dimension critique sans la satire mais avec un désespoir plus marqué dans Meurtre à l’italienne , film de 1959, un polar reprenant les codes du film noir américain. Meurtre à l’italienne est sans aucun doute l’un des films les plus réussis de Germi. Tandis qu’ Il Ferroviere, tourné en 1956, se rapproche des chroniques sociales réalisées par Vittorio De Sica, comme le célèbre Voleur de bicyclette.

Il Ferroviere, Meurtre à l’italienne, Signore & signori, Pietro Germi, Carlotta films, 3 DVD.
Culture
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don