Des lions, des petits cons et une bassine de sel

Dans un méli-mélo de gravité et de légèreté, François Morel danse le rigodon
d’un quotidien ordinaire, popu et racé.

Jean-Claude Renard  • 27 mai 2010 abonné·es

En marcel, les bretelles retombées sur le futal, il se rase dans un coin de la scène. En voix off, François Morel décline le roulis des convenances de la salle, « portable éteint, toasteur et vibromasseur

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 2 minutes