Le moujik mène la danse

Julie Brochen donne
à « la Cerisaie », récit
de la chute d’une famille bourgeoise, un climat de folie et de fantaisie.

Gilles Costaz  • 6 mai 2010 abonné·es

Le Théâtre national de Strasbourg est entré dans une nouvelle ère, avec l’arrivée récente de Julie Brochen comme nouveau maître à bord, en remplacement de Stéphane Braunschweig (parti diriger la Colline, à Paris). Avec la Cerisaie , Julie Brochen réalise son premier nouveau

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 3 minutes