Gaza : la colère de la rue

De nombreuses manifestations ont eu lieu lundi partout dans le monde, après l’assaut sanglant du commando israélien contre la flottille humanitaire.

Au lendemain de la proclamation de l’état de guerre en Pologne par Jaruzelski, notre ministre des Relations extérieures de l’époque – nous étions en 1981 – avait eu cette réaction restée célèbre : « Évidemment, nous ne ferons rien ! » C’était Claude Cheysson. Et c’était la vérité. Nos diplomates n’ont plus ce courage aujourd’hui. On a donc multiplié les mouvements de menton tout au long de la journée de lundi, à s’en démettre les mandibules. Mais à y regarder de plus près, et malgré des condamnations de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.