« Il faut des mécanismes de protection »

Président de la Société des rédacteurs du Monde depuis juin 2009, Gilles Van Kote livre les enjeux
de la reprise du journal et en appelle au maintien de son indépendance éditoriale.

Jean-Claude Renard  • 24 juin 2010 abonné·es

Politis : Comment la Société des rédacteurs a-t-elle accueilli cette recapitalisation nécessaire, estimée à 80 à 120 millions d’euros ?

Gilles Van Kote I Il a fallu encaisser le choc. Puis nous mobiliser pour faire en sorte que les pouvoirs qui sont les nôtres ne se volatilisent pas totalement, mais qu’on obtienne des garanties, des verrous, des contrepoids qui permettent au moins d’assurer l’indépendance éditoriale du journal. Même si l’indépendance économique ne sera évidemment plus tout à fait celle que l’on connaissait jusqu’à aujourd’hui. Une fois qu’on a compris que la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Une défaite du journalisme
Temps de lecture : 6 minutes