La présidentielle embarrasse le PCF

Malgré bien des réticences exprimées lors de son 35e congrès, le PCF, qui a élu Pierre Laurent à sa tête, poursuit le Front de gauche, mais renvoie à plus tard la question de 2012.

Pierre Laurent vient de prendre les commandes du Parti communiste. Et dès la première page de son discours, il annonce la couleur : « Je n’ai pas accepté de relever le défi que vous me proposiez pour entretenir un patrimoine. » Sans rien renier de l’ « histoire remarquable » du parti qu’il va diriger, ni de son ascendance, « des parents communistes dont je suis fier » , le nouveau secrétaire national du PCF insiste sur sa volonté de « tourner résolument [son] parti vers le projet, les pratiques, le rôle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.