La présidentielle embarrasse le PCF

Malgré bien des réticences exprimées lors de son 35e congrès, le PCF, qui a élu Pierre Laurent à sa tête, poursuit le Front de gauche, mais renvoie à plus tard la question de 2012.

Michel Soudais  • 24 juin 2010 abonné·es
La présidentielle embarrasse le PCF
© PHOTO : GUILLOT/AFP

Pierre Laurent vient de prendre les commandes du Parti communiste. Et dès la première page de son discours, il annonce la couleur : « Je n’ai pas accepté de relever le défi que vous me proposiez pour entretenir un patrimoine. » Sans rien renier de l’ « histoire remarquable » du parti qu’il va diriger, ni de son ascendance, « des parents communistes dont je suis fier » , le nouveau secrétaire national du PCF insiste sur sa volonté de « tourner résolument [son] parti vers le projet, les pratiques, le rôle qui doivent être les siens dans ce XXIe siècle ». L’intention

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes