Sous le feu des luttes mafieuses

Au Kirghizstan, le conflit a causé plus de deux mille morts et des centaines de milliers de déplacés. Mais les États-Unis et la Russie se gardent d’intervenir pour conserver leurs bases militaires.

Au sud-ouest de la Kirghizie, à l’orée des routes qui ­grimpent vers les montagnes tadjikes et sont encore traversées par des troupeaux de milliers de chevaux à demi sauvages, la ville d’Och a toujours été inquiétante, même du temps de l’Union soviétique. La drogue cultivée en Afghanistan pénétrait alors en masse en URSS, avec la complicité des militaires de l’armée du Kremlin. Elle était – et est encore – en vente presque libre sur l’immense marché qui se tient sur les hauteurs aux environs de la ville,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.