Une perte de pouvoir

La Société des rédacteurs du Monde a vu sa capacité de contrôle décroître au fil des changements de statut et des réorganisations.

Jean-Claude Renard  • 24 juin 2010 abonné·es

Sept ans après la création du journal, la Société des rédacteurs du Monde (SRM) est née de la volonté d’occuper une position de contrôle. Elle répond alors à une crise, comme il est écrit dans ses statuts, liée

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Une défaite du journalisme
Temps de lecture : 2 minutes