Utopia et le cinéma israélien

La directrice d’Utopia Tournefeuille se défend d’avoir voulu censurer le film « À cinq heures de Paris ».

À la suite d’une brève publiée dans Politis n° 1106 sous le ­titre « Quand les Utopia censurent », nous avons reçu une lettre d’Anne-Marie Faucon, directrice d’Utopia Tournefeuille, qui explique sa décision de « déprogrammer » un film israélien quelques jours après l’assaut donné par l’armée israélienne à la flottille humanitaire pour Gaza. En voici un extrait. « Remettons-nous dans le contexte : au moment même où nous bouclions notre gazette, où nous devions donc écrire sur cette jolie comédie douce-amère…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.