Dossier : Didier Porte : «Un pouvoir qui s'en prend à ses bouffons est un pouvoir aux abois»

Didier Porte : « C’est un contre-pouvoir de plus qui s’effondre »

Les humoristes Didier Porte et Stéphane Guillon ont été brutalement licenciés de France Inter.
Didier Porte affirme que l’on voulait sa peau en raison de ses critiques du pouvoir. L’affaire survient en pleine préparation, pour le moins chaotique, de la grille de rentrée de la radio.

Politis : Vous êtes d’abord exclu de la matinale, confirmé pour votre chronique dans « le Fou du roi », puis finalement licencié de France Inter. Comment expliquez-vous ces revirements ? Didier Porte : Il était prévu depuis longtemps que je sois viré. Cette chronique « J’encule Sarkozy », sous les traits de Dominique de Villepin, n’a été qu’un prétexte. Un prétexte auquel je n’ai jamais cru. J’ai vu clairement une campagne se monter contre moi. Cette chronique n’a soulevé aucune réaction de la part des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.