Dossier : Didier Porte : «Un pouvoir qui s'en prend à ses bouffons est un pouvoir aux abois»

Le chaos d’Inter

Les licenciements de Didier Porte et de Stéphane Guillon témoignent d’une gestion
de la Maison ronde partagée entre la mauvaise foi et le cynisme.

C’est la fin des classes ce vendredi 25 juin. On remballe. Les programmes de la saison sont bouclés. Beaucoup sont déjà partis en vacances. Il est 18 h 46. C’est le moment que choisit Philippe Val, qui est un peu l’Arlésienne du « Mangin Palace » (nom de baptême des locaux provisoires de la radio), pour envoyer un courriel de quatre pages à tous les collaborateurs de France Inter, sur leur messagerie professionnelle. Il y annonce, dans un style ampoulé, la nouvelle grille de rentrée, en cours…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Geoffrey Hannot, le fidèle à la cause

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.