Dossier : Journalistes insultés, justice entravée, affaires étouffées

Le prix du consensus

Réalisateur de documentaires sur l’univers de la justice, Joseph Beauregard s’inscrit contre le voyeurisme et les facilités compassionnelles. Un parti pris qui n’intéresse pas les grandes chaînes.

C’est du brutal. À l’orée des années 2000, les journaux braquent leurs projecteurs sur l’affaire Émile Louis, ancien chauffeur de bus accusé de l’enlèvement et de l’assassinat, à la fin des années 1970, de sept gamines handicapées de la Ddass, en Bourgogne. Lui-même ancien enfant de la Ddass, il est aussi accusé dans le Var, par sa seconde femme, de violences sexuelles et d’actes de barbarie, tandis que sa belle-fille, mineure au moment des faits, l’accuse de viols par personne ayant autorité. Le gros…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.